Relations économiques

Des liens anciens unissent les entreprises françaises et l’Irak. En effet, beaucoup de nos grands groupes ont été actifs dans les années 70 et 80, particulièrement dans le secteur industriel (ex : Schneider Electric, Alstom, Total, Technip). La plupart d’entre eux ont cessé leurs activités graduellement jusqu’à l’interruption des relations le 2 août 1990 en raison de l’embargo (résolution 661 du Conseil de sécurité des Nations unies). De 1996 à 2003, des produits français ont été exportés en Irak, au titre des contrats conclus dans le cadre du dispositif "pétrole contre biens humanitaires" (résolution ONU 986), pour un montant total de 3,5 Mds USD.

Il aura finalement fallu attendre 2009 pour qu’un Service économique redémarre ses activités au sein de l’Ambassade de France à Bagdad, et que la relation bilatérale économique prenne un nouvel élan, de pair avec les progrès réalisés par l’Irak en matière d’institutions démocratiques et l’amélioration sensible du contexte sécuritaire.
Depuis, la dynamique de renforcement de notre relation commerciale bilatérale se poursuit. Les échanges globaux entre la France et l’Irak sont passés de 1,25 Md EUR en 2009 à 1,75 Md EUR en 2012, soit une progression de près de 30%.

Les exportations françaises ont atteint en 2011 et 2012 leurs plus hauts niveaux depuis 1985 à 793 MEUR et 741 MEUR respectivement, contre 173 MEUR en 2008, ce qui place l’Irak comme notre 8ème marché sur les quinze pays de la région Proche et Moyen Orient en matière d’exportations (7ème sur 14 pays hors Israël), au coude à coude avec le Qatar.

Les principaux postes d’exportations sont relativement similaires d’une année sur l’autre mais un processus de diversification est en cours : équipements mécaniques et électroniques, matériels de transports, produits pharmaceutiques, produits pétroliers raffinés et produits informatiques, électroniques et optiques constituent la majeure partie de nos exportations.

Quant à nos importations, constituées à 99% par le pétrole, alors qu’elles avaient diminué de manière continue depuis 2008 avec une baisse marquée en 2011 (-16,5%), l’année 2012 semble avoir marqué une rupture de tendance avec une augmentation notable de 21% en un an à 1 Md EUR.

Les entreprises françaises ne se contentent pas d’exporter, elles font preuve d’un dynamisme réel et s’engagent sur le long terme sur le marché irakien en pleine reconstruction, que ce soit à travers les investissements dans des secteurs importants (ciment, téléphone, logistique, industrie automobile, pharmaceutique, etc.), la participation à des évènements d’envergure internationale telle que la Foire internationale de Bagdad (27 sociétés françaises exposant en 2012 dont une part importante de PME) ou encore en participant activement au développement des capacités et des ressources humaines à travers d’importants programmes de formation financés par l’Etat français.

Par ailleurs, la France confirme l’éligibilité de l’Irak aux garanties Coface pour soutenir les exportations et nos outils de soutien financiers (Fasep, RPE) restent accessibles aux entreprises s’intéressant au marché irakien.

Dernière modification : 29/07/2013

Haut de page