Les artistes irakiens exposent à Metz

Depuis le 20 avril, et jusqu’au mois de juin, le Musée de la Cour d’Or à Metz Métropole propose une exposition rétrospective consacrée à l’art irakien contemporain. Environ 80 œuvres illustrent les différentes facettes d’une production artistique d’une très grande richesse et d’une extrême vitalité en dépit des conditions très difficiles auxquelles les artistes irakiens sont confrontés : peintures, dessins, gravures, sculptures, céramiques et photographies.
Le ministère des affaires étrangères et plus particulièrement l’ambassade de France à Bagdad ont contribué à la réalisation de cet événement, auquel se sont associés également d’autres partenaires : l’ambassade d’Irak en France, l’Institut du Monde Arabe – IMA, les cristalleries Lalique, le Livre à Metz, ARTE, le festival international de théâtre Passages.

Ce projet de mise en lumière des artistes irakiens d’hier et d’aujourd’hui s’inscrit dans un contexte particulièrement préoccupant depuis une quinzaine d’années d’instabilité aussi bien en Irak que dans tout le Moyen-Orient.

L’idée de cette exposition sur l’art irakien à Metz est née à l’occasion d’une rencontre en 2003 à Bagdad entre les peintres irakiens Qasim Sabti et Ahmed Nussaif et le journaliste messin Dominique Hennequin, qui réalisait alors un reportage sur la guerre en Irak pour la chaine de télévision franco-allemande Arte. Treize longues années auront passé avant que cette exposition puisse enfin voir le jour !

S’il existe depuis longtemps une importante scène artistique irakienne, celle-ci demeure encore relativement méconnue sur la scène internationale. D’autant qu’elle vit aujourd’hui, ou plus exactement survit, dans des conditions particulièrement difficiles. Les créateurs qui n’ont pas pris le chemin de l’exil créent dans des conditions matérielles et morales précaires tant sur le plan économique que culturel.

Il est compliqué pour les artistes de présenter leur travail aussi bien en Irak - où les lieux et les moyens d’expositions sont rares - qu’au-delà des frontières du Moyen-Orient ou à l’international. Malgré la guerre, les menaces qui pèsent, ils continuent pourtant d’œuvrer avec beaucoup de détermination, de courage, pour exprimer à travers la peinture, la sculpture, la céramique, la gravure, la calligraphie, la photographie un besoin inaliénable qui est celui de la création sous toutes ses formes. « Effacer le mythe ou l’art, écrit le poète oriental Adonis, c’est éteindre la flamme de l’humain… »

Il est vital d’offrir, dans ces temps particulièrement difficiles, une visibilité internationale aux artistes irakiens afin de mettre en valeur l’originalité, la qualité de leur création, mais aussi de les encourager de manière solidaire à poursuivre leur travail. C’est dans cet esprit qu’est organisée l’exposition présentée au musée de La Cour d’Or – Metz Métropole d’avril à juin 2016. Elle se propose d’explorer, à travers différents supports, un panorama synchronique consacré à la création irakienne contemporaine et ses artistes les plus marquants.

Certains, comme le peintre Mahmood, expriment à travers leurs œuvres la sensation de chaos, de violence qui atteint jusqu’au cœur de leur création. D’autres, comme Yusra al-Abadi, inventent - comme pour se protéger d’un contexte ambiant si délétère – des mondes flottants qui sont comme autant de refuges de l’innocence, de la poésie, de l’enfance.
Témoin de l’Irak d’antan, le photographe Lateef al-Ani nous offre une vision historique de temps qui ne sont plus, tandis que Shakir Hassan, considéré par ses pairs comme le père de l’art moderne irakien avec Jawad Selim et Faïq Hassan, ouvre à travers son œuvre puissante la voie aux nouvelles générations de peintres en une remarquable synthèse entre arts oriental et art occidental.

Aux sculpteurs prestigieux comme Haiten Hassan, Ahmed al-Barhani ou Najim al-Qaysi s’ajoutent des calligraphes réputés sur la scène internationale comme Mohammed Saïd Saggar, ou encore dans le domaine de la gravure Rafa Nasiri et Shemiar Abdullah pour la céramique.

A noter que plusieurs de ces artistes seront présents à Metz à l’occasion de rencontres organisées par le musée en coopération avec le festival Le Livre à Metz/ Littérature et Journalisme (22-23-24 avril 2016). Ils rencontreront les étudiants des écoles d’Arts et accompagneront plusieurs jours cette exposition.

Commissaires de l’exposition : Philippe BRUNELLA, conservateur en chef du patrimoine et Claire MEUNIER, conservatrice du patrimoine

Dans la salle d’exposition temporaire du musée de La Cour d’Or sur 200 m² présentation d’environ 80 œuvres : peintures, dessins, gravures, sculptures, céramiques et photographies.

L’exposition « L’art irakien contemporain » est réalisée par le musée de La Cour d’Or – Metz Métropole, sous la direction de Philippe Brunella, en partenariat avec l’ambassade d’Irak en France, l’ambassade de France en Irak, le ministère français des Affaires Etrangères, l’Institut du Monde Arabe, les Cristalleries Lalique, Le Livre à Metz, ARTE, le festival international de théâtre Passages…

JPEG

Dernière modification : 24/04/2016

Haut de page