L’ambassadeur de France en Irak évoque dans les colonnes du journal Sabah la présence des entreprises françaises en Irak.

« L’Irak est un partenaire commercial et économique prioritaire pour la France »
Lafarge, Total, Thales, Renault, CMA, Catu, Danone, CGG Veritas, Alstom… les grandes entreprises françaises sont présentes en Irak. Mais le savoir-faire français, ce sont aussi les PME, qui n’hésitent pas à mettre leurs compétences au service de projets locaux qui peuvent changer le quotidien des Irakiens, comme le « pont des civilisations » construit sur le Tigre par la société Matière à Nassiriya. Nos entreprises, fortes d’une expertise mondialement reconnue dans les domaines de l’énergie (électricité, eau), des transports (aérien, maritime, ferroviaire) ou encore de la sécurité, participent au redressement progressif de l’Irak, toujours engagé militairement dans la lutte contre Daech, et notamment aux projets de réhabilitation et de reconstruction de territoires fortement endommagés par les combats, évalués à plus de 600 MdUSD.
C’est dans cette perspective que le rythme des contacts bilatéraux s’accélère depuis deux ans, marqué par une intensification des relations politiques et diplomatiques, une coopération étroite dans de nombreux domaines et la progression des échanges économiques et commerciaux entre les deux pays.
Les échanges commerciaux entre la France et l’Irak ont atteint 1,26 Md EUR en 2015 soit une progression voisine de 10% par rapport à l’année précédente. L’Irak est ainsi le 6ème partenaire de la France au Moyen-Orient, notre 8ème client et 4ème fournisseur après la Turquie, l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis.
Les exportations françaises ont continué de progresser en 2015 (+2,6%) pour atteindre 427 MEUR si bien que la France fait partie aujourd’hui, en termes d’exportations, des trois premiers partenaires européens de l’Irak. Dans le même temps, les importations, principalement du pétrole brut, sont en progression de 11,4% sur l’année pour atteindre 838 MEUR.
Cependant, le montant de nos ventes pourrait être supérieur si des barrières non tarifaires n’entravaient pas le développement de certaines exportations agricoles. Sur ce point, nous comptons sur nos partenaires irakiens pour lever prochainement ces obstacles.
La France, c’est aussi une économie ouverte aux capitaux étrangers et c’est dans ce sens que nous souhaitons accueillir d’avantage d’investissements irakiens sur notre sol.
Si le secteur de l’immobilier, résidentiel en majorité, qui est peu risqué et offre une excellente rentabilité à moyen et long terme, concentre l’essentiel des investissements irakiens, il existe d’autres opportunités dans les secteurs financiers, hôteliers, des nouvelles technologies, de la santé, des télécoms, des énergies renouvelables ou encore des infrastructures.
Aujourd’hui, 20 000 entreprises étrangères sont présentes dans l’hexagone et leur nombre est en progression constante. La France, 2ème économie d’Europe et 6ème économie mondiale, demeure par ailleurs la première destination européenne pour les implantations industrielles et logistiques. Elle accueille sur son sol le 4ème stock mondial d’IDE entrants (729 Mds USD fin 2014), dont 608 décisions d’investissements directs étrangers pour l’année 2014 (+18%).
La modernité des infrastructures, la productivité horaire très compétitive (7ème mondiale) et les dépenses en R&D parmi les plus importantes au monde (6ème rang) sont également des atouts qui offrent de nombreuses opportunités d’investissements pour les entreprises irakiennes et que nous souhaitons favoriser dans les prochaines années.
http://www.alsabaah.iq/ArticleShow.aspx?ID=121214

Dernière modification : 21/08/2016

Haut de page