Fouilles archéologiques en Irak

En 1933, une mission italienne commence à fouiller le site de Qasr Shemamok, lieu de la cité antique de Kalzu découverte au 19ème siècle. Au bout de trois mois la mission est annulée pour des raisons politiques… Le second conflit mondial éclate et la documentation se perd dans les tourments de la guerre.

En avril 2011, une mission archéologique française, dirigée par le Pr Olivier Rouault, reprend les fouilles sur le site situé à une trentaine de km d’Erbil. Au bout de deux semaines seulement, le site commence à livrer ses secrets enfouis et avec eux, une partie de l’Histoire méconnue du Kurdistan.

JPEG - 100.8 ko
Fragments de découverte

En 2010, cette mission archéologique française, déjà financée par le Ministère des affaires étrangères français, avait lancé les premières fouilles archéologiques dans la Région du Kurdistan depuis 2003 en travaillant sur le site de Kilka Milshik.

L’équipe du Professeur Rouault, composée du Professeur Maria Grazia Masetti-Rouault, et de 9 autres professeurs, doctorants et étudiants de différents pays européens, mais aussi d’un Kurde étudiant en France, a travaillé sur le terrain durant 3 semaines. Dans un esprit de collaboration, des archéologues de la Direction des antiquités d’Erbil, du Département d’archéologie de l’Université de Salahaddin ainsi que des étudiants ont participé à ces fouilles.

JPEG - 74.3 ko
Visite de l’IF, du consul général et du directeur l’Institut kurde de Paris

L’équipe a ouvert une tranchée qui permet d’établir les différentes phases stratigraphiques du site afin d’étudier l’Age du Bronze, l’Age du Fer mais particulièrement aussi la présence assyrienne dans cette région. Les archéologues ont découvert une série d’occupations ottomanes, parthes et abbassides. Des documents portant des mentions en écriture cunéiforme ont été retrouvés.

Dans le chantier, sur une pente plus douce, l’équipe française a fait des découvertes très intéressantes et prometteuses. Les archéologues prévoient de revenir l’an prochain pour découvrir les secrets de ce site.

JPEG - 74.6 ko
Tranchée laissant apparaître l’escalier monumental

La région du Kurdistan d’Irak, terre de Mésopotamie, très connue des archéologues, est désormais ouverte aux chercheurs grâce à l’implication de la Direction des Antiquités de Bagdad et de celle de la région du Kurdistan.

JPEG - 43.9 ko
Autorités kurdes à la conférence de presse

Dernière modification : 20/02/2017

Haut de page