Concert d’Emel Mathlouthi à Bagdad.

Le Club Alwiyah a organisé mardi 3 juillet un grand concert dans le cadre de la « Fête de la Musique », en partenariat avec l’Institut français en Irak et l’Ambassade de France.

Née en France en 1982, la Fête de la Musique est devenue une manifestation internationale populaire et gratuite, présente sur les cinq continents : plus de 120 pays l’ont célébrée cette année.

Fixée habituellement au 21 juin, elle a été célébrée cette année à Bagdad avec un décalage de quelques jours, en raison de contraintes de calendrier.

Si ce n’est pas la première fois qu’elle est fêtée en Irak, notamment au Kurdistan d’Irak, c’est en revanche la première fois depuis de longues années qu’elle accueille une grande artiste internationale, Emel Mathlouthi, chanteuse tunisienne vivant et travaillant en France.

Emel Mathlouthi chante en arabe avec des incursions en anglais et en français. Elle s’inspire du patrimoine littéraire et musical classique et contemporain de son pays et du monde arabe mais puise aussi dans le jazz et la Pop Music. Elle s’inscrit dans la filiation de chanteurs comme le Palestinien Marcel Khalifé et l’Egyptien Cheikh Imam, mais aussi dans celle de Bob Dylan et de Joan Baez.

Car Emel Mathlouthi n’est pas seulement une chanteuse, elle est une chanteuse engagée. Elle parle de liberté - c’est le titre de son premier album « Ma parole est libre » sorti en janvier de cette année et c’est le titre de son concert à Bagdad. Elle parle des droits de l’homme, de la démocratie.

Elle est la voix du « Printemps de jasmin », la voix de la jeunesse tunisienne, de la jeunesse du monde arabe, de la jeunesse du monde, la voix de l’espoir qu’elle est venue porter jusqu’à Bagdad pour le bonheur du public du Club Alwiyah.

Dernière modification : 04/07/2012

Haut de page