4.Conseils aux journalistes français souhaitant se rendre en Irak.

Conseils aux journalistes français souhaitant se rendre en Irak.

L’Irak continue à connaitre un niveau très élevé de violence (plus de 1000 morts pour le seul mois de juillet et plus de 2000 blessés). La situation demeure tendue, volatile et dangereuse en particulier dans les gouvernorats de Bagdad, Diyala, Ninive, Kirkouk, Salahhedine et Al-Anbar et Babil, ainsi que dans une moindre mesure, dans les régions méridionales (Dhi Qar, Qadisiyah, Missan, Wasit et Bassorah).

La menace d’enlèvement ou d’attentat individuel est également particulièrement élevée à l’encontre des étrangers.
Le service de presse de l’Ambassade invite tous les journalistes désireux de se rendre en Irak à prendre connaissance des conseils indiqués dans la fiche Irak sur le site Conseils aux voyageurs à l’adresse suivante : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/irak-12261/

Les conseils aux voyageurs exprimés dans cette fiche s’appliquent intégralement aux journalistes.

Quelques conseils spécifiques peuvent toutefois être ajoutés :

Les journalistes souhaitant se rendre en Irak pour des raisons professionnelles doivent impérativement demander un visa journaliste auprès de l’Ambassade d’Irak en France. D’après le site de l’Ambassade de la République d’Irak en France (http://www.amb-iraq.fr/f0home.htm), les journalistes doivent établir une demande de visa journaliste accompagnée des pièces suivantes :
• Une lettre de l’employeur expliquant le motif, la date et la durée du voyage
• Une photocopie du passeport
• Une photocopie de la carte de presse
• Le formulaire de demande de visa à télécharger et à remplir
• 2 photos d’identité
• 40 euros
• La demande doit être formulée 1 ou 2 semaines avant le voyage.

Le Cachet d’entrée délivré par les autorités du gouvernement régional du Kurdistan (GRK) n’est valable que dans les trois gouvernorats du Kurdistan (et pour une courte période) et n’est pas assimilable à un visa couvrant le reste du territoire irakien. Vous ne pouvez donc pas circuler avec ce cachet en dehors des trois régions du Kurdistan, sous peine de vous placer en situation irrégulière et donc dans l’illégalité.

Avant l’arrivée en Irak, il est fortement recommandé de s’inscrire sur le site Ariane consacré aux français de passage et de se signaler à l’ambassade de France en Irak.

Il est impératif de préparer soigneusement à l’avance votre venue en Irak et de prendre les mesures de sécurité indispensables auprès de sociétés spécialisées (Société de sécurité privée) : accueil à l’aéroport, convoyage et hébergement sécurisé durant tout le séjour. Le service de presse, le service économique de l’ambassade et le Centre français des Affaires de Bagdad, installé à proximité de l’ambassade, sont en mesure d’orienter les missionnaires vers les interlocuteurs appropriés. Les conséquences du choix d’un prestataire plutôt qu’un autre n’engagent pas la responsabilité de l’Ambassade.

Sur place, il est interdit en Irak pour un journaliste de filmer sans autorisation préalable. Y contrevenir l’expose à de sérieux inconvénients. Les journalistes qui souhaiteraient filmer en Irak, doivent par conséquent obtenir les autorisations auprès du Commandement des Opérations de Bagdad. Filmer sans autorisation peut conduire à une interpellation, une détention et une condamnation. L’Ambassade de France se tient à votre disposition pour vous aider dans vos démarches en signalant auprès du Ministère des Affaires étrangères votre présence et votre souhait d’obtenir les autorisations pour filmer en Irak. Ces démarches sont longues et ne garantissent pas l’obtention des autorisations.

Il est fortement recommandé d’être très prudent et discret lors de l’utilisation d’appareils photographiques et de caméras. Il est formellement interdit de filmer ou photographier tout ce qui concerne les sites et les personnes des services de sécurité (check-points, forces de sécurité, bâtiments militaires, des renseignements…). Le non respect de ces interdictions est passible de 7 ans de prison selon le Code pénal irakien.

Dernière modification : 03/02/2016

Haut de page